Faire évoluer leur offre touristique pour s’adapter au changement climatique : tel est le défi que doivent relever actuellement bon nombre de communes situées en territoires montagnards. Le massif des Bauges ne fait pas exception et plusieurs communes doivent déjà s’armer de courage et faire preuve d’ingéniosité et de créativité pour espérer passer ce cap. C’est notamment le cas de Saint-François-de-Sales qui, appuyée par le Parc, travaille sur une requalification de son offre touristique, pour évoluer vers un tourisme « en neige et hors neige  », centré sur la découverte et le respect de la nature.

Diversifier et expérimenter une offre à l’année

Le constat est sans appel : en moyenne montagne, les hivers sont de plus en plus doux et la neige se fait plus rare. Une situation parfois critique pour les communes qui basent leur économie sur le tourisme d’hiver. Pour y faire face, la commune de Saint-François-de-Sales a pris les devants il y a plusieurs années en choisissant de se tourner vers un tourisme en toute saison, plus respectueux de l’environnement, et intégrant également une dimension de sensibilisation au patrimoine naturel du massif.

« Ce projet part d’une réflexion menée pendant le précédent mandat, en 2016, suite aux difficultés financières que nous éprouvions sur la porte de Saint-François-de-Sales, et au réchauffement climatique qu’on sentait de plus en plus présent » explique Maryse Fabre, maire de la commune. « Cette porte ne fonctionne que trois mois l’hiver, ce qui n’est pas viable. Nous nous sommes donc demandé quel souffle nous pouvions donner à cet endroit, mais étions bien démunis car nous n’avons pas les services pour réfléchir à ça ». La commune fait alors appel à sa communauté d’agglomération, Grand Chambéry, pour réaliser une étude sur son territoire. « Nous avons décidé de prendre notre devenir en main. Nous ne souhaitions pas avoir un projet touristique déconnecté de notre territoire, mais plutôt un projet de territoire dans lequel est inclus le tourisme ».

L’étude a duré près d’un an et a permis à la commune de comprendre les atouts de la porte, et d’envisager son avenir. « C’est une porte « nature », qu’on voulait conserver « nature », avec l’objectif de reconnecter les habitants et les visiteurs à l’environnement. A la suite du Covid, nous avons été envahis de monde : les gens viennent sur notre territoire, l’utilisent, le consomment, mais n’en ont plus les codes ».

Un projet de « requalification de l’offre » de la commune piloté par le Parc

Une des premières actions de Saint-François-de-Sales a été de confier, par le biais de baux locatifs, certains des bâtiments communaux à un opérateur privé, Atemia, afin qu’il puisse diversifier et expérimenter une offre à l’année. C’est ainsi qu’est né « Nordicea » à l’automne 2022, qui est à la fois restaurant, loueur, prestataire d’activités et d’évènements, et (futur) hébergeur.

En parallèle, la commune a également proposé au Syndicat Mixte des Stations des Bauges* (SMSB) un projet de requalification paysagère de son site et la création de nouvelles offres (non marchandes). Grâce au travail du Parc, deux subventions ont pu être obtenues auprès de l’État et de la Région, couvrant 80% du financement total du projet : 200 000 euros de la part de l’État, et 140 000 euros de la part de la Région, pour un coût total du projet s’élevant à 407 000 €.


Le Parc intervient en tant que pilote du projet : il coordonne les différentes parties prenantes, lance les groupes de pilotage, réalise les cahiers des charges destinés aux bureaux d’étude, effectue les démarches pour obtenir des financements complémentaires, ou encore joue le rôle de médiateur entre les différents acteurs du territoire. « Le Parc est une aide précieuse pour nous », précise Maryse Fabre. « On ne pourrait pas y arriver sans quelqu’un qui nous aide pour mener ce projet jusqu’au bout car nous ne sommes pas équipés pour ça ».

*Le Syndicat Mixte des Stations des Bauges est l’organe compétent sur le tourisme dans les stations de Grand Chambéry.

La Porte nordique de Saint-François-de-Sales

A l’hiver 2023, le plan de financement est validé et, au printemps de cette même année, le bureau d’étude Totem est engagé. Au final, plusieurs actions sont programmées : la création de trois boucles thématiques pédagogiques (sur la forêt, la tourbière des Creusates et l’astronomie), le développement d’une aire de jeux, la refonte de la signalétique, ou encore l’amélioration des pistes, le tout avec le plus de discrétion et d’intégration possible au site environnant. De manière à imaginer qu’à terme, on viendra à Saint-François-de-Sales pour un accueil des skieurs de plus grande qualité mais aussi pour découvrir, tout au long de l’année, un patrimoine naturel revalorisé. « Écoles, familles, sportifs et non sportifs… L’idée n’est pas d’accueillir plus de monde, mais de mieux accueillir », souligne la maire.

Un projet « pilote » et novateur, nécessitant de fortes convictions et de la persévérance

Porter ce projet jusqu’au bout n’a pourtant pas été une mince affaire pour la petite commune, qui s’est heurtée à de nombreux aléas.

« Nous avons commencé ce travail pendant le précédent mandat », explique Maryse Fabre. « Puis, il a fallu remobiliser les énergies lors du changement d’équipe municipale avec le nouveau mandat. Heureusement, nous avons beaucoup d’élus très motivés au sein de cette nouvelle équipe. Nous avons également un positionnement de sentinelle, de préfigurateur, et un peu de pilote : au début, lorsqu’on parlait de ce projet autour de nous, on voyait bien que personne n’y croyait vraiment. Aujourd’hui, nous sommes sollicités par plein d’autres acteurs qui nous disent « C’est intéressant ce que vous avez mis en place, comment avez-vous abouti à ça ? Comment avez-vous pu obtenir des financements ? Etc. ». Dernièrement, par exemple, nous avons rencontré une délégation Corse qui était intéressée par notre projet et qui souhaitait mieux le comprendre. C’est très intéressant de partager notre expérience ».

Le projet de Saint-François-de-Sales a également beaucoup intéressé l’Office National des Forêts (ONF), qui y a inauguré en septembre dernier un espace pédagogique forestier, construit en collaboration avec l’Éducation Nationale suite à un appel à projet de l’entreprise Botanic.

« C’est un travail de longue haleine », conclut Maryse Fabre. « Il faut persévérer et y croire jusqu’au bout. Quand on est une petite commune comme nous, avec 189 habitants et peu de budget, on peut tout de même réussir à convaincre grâce à ses convictions. C’est un beau challenge, avec tous ses aléas, mais il est possible de le relever. Il ne faut pas abandonner ».

Vous aussi, vous avez un projet touristique structurant pour le massif et qui s’inscrit dans la transition touristique de la montagne ? Le Parc peut vous accompagner et vous aider à le mettre en place !

CONTACT : Benoit TIBERGHIEN, chargé de mission randonnée, signalétique, relations avec les OT : 06 22 48 30 70, b.tiberghien@parcdesbauges.com

CONTACT : Loïc BELLE, chargé de mission Avenir Montagnes Tourisme Durable : 06 22 48 31 13, l.belle@parcdesbauges.com

Les actus
À la une

En action

Appel à projets « Soutenir les projets de coopération transnationale et internationale »

Appel à projets LEADER « Soutenir les projets de coopération transnationale et internationale » : ouvert du 27 mai au 31 décembre 2024.

En action

Appel à projets «Favoriser l’emploi local en soutenant les services à la population, les commerces de proximité et les TPE»

Appel à projets LEADER « Favoriser l’emploi local en soutenant les services à la population, les commerces de proximité et les TPE » : ouvert du 27 mai au 31 décembre 2024.

En action

Appel à projets « Soutenir les commerces et services itinérants »

Appel à projets LEADER « Soutenir les commerces et services itinérants » : ouvert du 27 mai au 31 décembre 2024.